Top Suivre la vie du site Fil d'informations
:

L’eau chaude par accumulation


Accueil > Équipements > Produire de l’eau chaude > L’eau chaude par accumulation
Dernière mise à jour le 9 juillet 2009

Tout système de production d’eau chaude sanitaire par accumulation implique un ballon de stockage et un ensemble de régulation. Seul varie la façon de chauffer l’eau.

Chauffe-eau solaire

Le rayonnement reçu par les panneaux solaires thermiques de 2 à 6 m2 est transformé en énergie puis transmise à un fluide calorifugeur. L’eau glycolée (un mélange d’eau et d’antigel) achemine alors cette énergie jusqu’à un échangeur où elle est transférée à l’eau sanitaire. Ce système permet de couvrir de 40 à 60 % des besoins d’un logement en moyenne. Ce taux varie en fonction du lieu d’implantation de la maison et son niveau d’ensoleillement. Dans toute installation, il faut donc un système annexe (chaudière, résistance électrique) pour porter de façon permanente l’eau sanitaire à la température désirée. Plus avantageux que le simple chauffe-eau solaire individuel (CESI), il existe des systèmes solaires combinés (SSC) permettant d’assurer la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage de l’habitation.

Chauffe-eau thermodynamique

Pour chauffer l’eau sanitaire, voilà une solution économique qui procure des rendements supérieurs à ceux du solaire. Le chauffe-eau thermodynamique utilise les performances thermiques d’une ou plusieurs pompes à chaleur. Celle-ci puise des calories dans l’environnement puis les transporte vers le ballon où l’eau est réchauffée. Le COP (Coefficient de Performance) moyen annuel d’une pompe à chaleur étant situé entre 3 et 4, cela signifie que le système restitue 3 à 4 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ou encore : pour 1 kW d’électricité consommée, le ballon thermodynamique procure jusqu’à 4 kW de chaleur.

Chauffe–eau électrique

La solution la plus classique et la plus pratique, c’est le cumulus électrique. Le principe de délivrance de l’eau chaude est le même que pour les autres chauffe-eau. La seule différence réside dans le mode de chauffage : l’alimentation est exclusivement électrique, ce qui implique un surcoût énergétique. Une seule solution pour optimiser votre consommation : faire installer une horloge qui permet à votre chauffe-eau de fonctionner automatiquement et uniquement la nuit pendant le tarif « heures creuses ». Vous ferez des économies tout en profitant de l’eau chaude en journée.

Ballons couplés à une chaudière

La production d’eau chaude est basée sur un système autonome ou couplée avec celle du chauffage. Dans les systèmes combinés au chauffage, l’eau sanitaire passe par une chaudière fonctionnant au bois, au fioul, au gaz naturel, au propane, ou avec des capteurs solaires. La production peut être instantanée mais l’accumulation est le mode le plus courant car elle propose un débit d’eau chaude constant. L’eau est chauffée, stockée et maintenue en température dans un réservoir calorifugé.

Emplacement

Si vous optez pour un CESI (chauffe-eau solaire individuel), pour limiter les déperditions thermiques, il est indispensable de minimiser les distances entre les panneaux solaires et le ballon. Quel que soit le type de chauffe-eau que vous choisissez, pour éviter que le ballon ne se refroidisse trop vite, installez-le dans un local chauffé, ou du moins isolé.

Capacité

Quelle que soit la façon dont vous désirez chauffer l’eau sanitaire, vous êtes aussi confronté à un autre choix : celui de la taille du ballon la stockant. 100 litres est une capacité minimum. A partir de 5 personnes dans le logement, choisissez un chauffe-eau de 300 litres.

Espace privé | Plan du site | Spip | Contact | Crédits photos | Mentions légales | Haut de page